Tout Sur La Cyber

custom-image head

Le Concept de Zéro Trust en Cybersécurité : Définition et Cas Pratique

Concept de Zéro Trust en Cybersécurité

Qu’est-ce que le Zéro Trust ?

Le concept de Zéro Trust (ou « confiance zéro » en français) en cybersécurité repose sur le principe qu’aucune entité, qu’elle soit à l’intérieur ou à l’extérieur du réseau d’une organisation, ne doit être automatiquement considérée comme fiable. Au lieu de cela, chaque tentative d’accès aux systèmes et données doit être vérifiée et validée avant d’être accordée.

 

Principes Fondamentaux du Zéro Trust

  1. Vérification systématique : Chaque utilisateur et chaque appareil doivent être authentifiés et autorisés en permanence, quel que soit leur emplacement.
  2. Moindre privilège : Les accès sont limités au strict nécessaire pour accomplir les tâches spécifiques.
  3. Micro-segmentation : Le réseau est divisé en segments plus petits afin de réduire la surface d’attaque potentielle.
  4. Visibilité et analyse : Une surveillance continue et des analyses avancées sont mises en place pour détecter et répondre rapidement aux menaces.

 

Cas Pratique du Zéro Trust en Cybersécurité

Cas Pratique : Une Entreprise Multinationale

Contexte

Une entreprise multinationale, ayant des bureaux et des employés répartis dans plusieurs pays, décide de mettre en place une stratégie de Zéro Trust pour renforcer sa cybersécurité. Les employés travaillent souvent à distance, accédant aux ressources de l’entreprise via différents réseaux.

 

Mise en Œuvre d’une politique de Zéro Trust

  1. Authentification Multi-Facteurs (MFA) : Tous les employés doivent utiliser l’authentification multi-facteurs pour accéder aux systèmes de l’entreprise, ce qui ajoute une couche supplémentaire de sécurité.
  2. Gestion des Identités et des Accès (IAM) : Un système IAM est mis en place pour gérer les droits d’accès des utilisateurs. Les autorisations sont accordées en fonction des rôles et des responsabilités, et sont régulièrement réévaluées.
  3. Micro-segmentation du Réseau : Le réseau de l’entreprise est segmenté en plusieurs sous-réseaux isolés. Par exemple, les données financières sont hébergées sur un sous-réseau distinct des données de recherche et développement.
  4. Surveillance Continue et Réponse aux Incidents : Des outils de surveillance en temps réel sont déployés pour détecter toute activité suspecte. Une équipe dédiée est prête à intervenir rapidement en cas de violation de sécurité.
  5. Politique de Moindre Privilège : Les employés n’ont accès qu’aux informations nécessaires pour leurs fonctions. Par exemple, un employé du département marketing n’aura pas accès aux données des ressources humaines.

 

Bénéfices d’une politique de Zéro Trust

  • Réduction du Risque d’Intrusion : En ne faisant confiance à aucune entité par défaut et en vérifiant continuellement les accès, les risques de cyberattaques sont considérablement réduits.
  • Limitation des Dommages Potentiels : Grâce à la micro-segmentation, même si une partie du réseau est compromise, l’attaquant n’aura pas accès à l’ensemble des systèmes de l’entreprise.
  • Adaptabilité : La stratégie de Zéro Trust s’adapte bien à l’augmentation du travail à distance, assurant la sécurité des ressources de l’entreprise indépendamment de l’emplacement des employés.

 

Principes Fondamentaux du Zéro Trust

 

Ce qu’il faut retenir du concept de Zéro Trust :

Le Zéro Trust offre une approche proactive et robuste pour la protection des infrastructures numériques, essentielle dans un monde où les cybermenaces sont omniprésentes et en constante évolution. En adoptant cette stratégie, les entreprises peuvent mieux protéger leurs données sensibles et maintenir la confiance de leurs clients et partenaires.

 

Pour en savoir plus :

Lexique de la cybersécurité

ANSSI : le modèle Zéro Trust

 

Auteur / autrice

Plus d'articles :